Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /


Cette technique, destinée à fixer les couleurs, apparaît, telle que nous la connaissons, vers la fin du Moyen Age.

Ce sont les Flamands qu’ils l’ont découverte et les frères VAN EYCK furent les premiers à tenter, avec succès, d’appliquer ses principes.

En fait, le mélange de pigments dans de l’huile était déjà connu dès le XIIIème siècle, mais assez peu répandu. On a même découvert récemment (2008), des peintures à l’huile, en Afghanistan, datant du VIIème siècle.

 

A l’origine, les artistes broyaient et préparaient eux-mêmes leurs pigments en poudre avec de l’huile de lin ou de l’huile d’oeillette.

Le mélange ainsi obtenu devait être utilisé sans tarder au risque de s’altérer.

Le tube d’étain contenant une préparation prête à l’usage n’apparut que vers le milieu du XIXème siècle (1840).

Les Impressionnistes furent vraiment les premiers avec d’abord ceux de l’Ecole de Barbizon (qui sont parfois les mêmes) à utiliser ce conditionnement préfabriqué, encore que nombreux sont ceux qui continuèrent à créer leurs propres mélanges.

C’est ainsi que le tube a offert aux peintres une authentique autonomie en leur permettant de se rendre sur le « motif » afin de travailler directement d’après nature.

 

Les huiles employées sont siccatives, c’est à dire qu’elles peuvent sécher et durcir tout en demeurant transparentes.

L’eau n’a aucune action sur la matière obtenue, seul un diluant permet de dessaisir les mélanges, ainsi que de nettoyer les pinceaux et les brosses, voire effacer un travail.

 

L’avantage de cette technique est que l’artiste peut obtenir de l’épaisseur ; ce fut le cas à partir de la peinture impressionniste et moderne. Il peut aussi, en outre, évoluer par touches successives.

La peinture à l’huile permet facilement le « repentir » (reprises et corrections) qui offre l’avantage de revenir en arrière afin de reprendre un modelé ou une couleur sans difficultés et dans le temps, car l’huile sèche lentement.

 

Compte-tenu de la matière souple utilisée qui peut être épaisse on peut remplacer le pinceau par le couteau ou la spatule afin de travailler des reliefs plus ou moins marqués, allant jusqu’à des résultats « maçonnés ».

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : GALERIE HAMADRYADE
  • GALERIE HAMADRYADE
  • : galerie d'ART CONTEMPORAIN Tableaux, sculptures, oeuvres papier, bijoux. PARIS MONTMARTRE
  • Contact

DECOUVERTE DU SITE

Afin de consulter la mise en page d'origine utilisez, de préférence, "Windows Internet Explorer" pour naviguer sur le site.

Recherche