Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 08:32

 

 

 

P1010830w.jpg

 

 

"Odyssée"

 

 

collages,

techniques mixtes

 

 

du mardi 27 mars

au samedi 14 avril 2012

        

 

 

 

 

P1060808-4W.gif.jpg

 

Sans trop le dire par modestie mais bien consciente de ce qu’elle doit à la vie, Anne Merlet, tournée depuis toujours vers l’art, a eu de bonnes fréquentations. Après l’Ecole du Louvre qui lui ouvre les portes du Musée du Louvre où elle travaillera au département des peintures puis à la programmation de l’Auditorium, en 1976 elle crée à Paris la Galerie Principe orientée vers l’art contemporain. Et les artistes qu’elle expose avec une infinie tendresse et une immense attention vont à coup sûr, on s’en aperçoit aujourd’hui, ne pas être oubliés de sitôt. S’il fallait n’en citer qu’un, ce serait Robert Saint Cricq. Assembleur redoutable, maître de la construction plastique, Saint Cricq semble devoir ne jamais en finir de « faire avec le défait ». Comme si l’art consistait en grande partie à déplacer les choses pour mieux les reconnaître. Saint Cricq fin connaisseur de l’oeuvre de Kurt Schwitters, l’un des maîtres incontestés du collage. Saint Cricq, l’artiste le plus proche peut-être d’Anne Merlet.

Aujourd’hui, Anne Merlet nous invite au voyage. Sans doute parce qu’elle a beaucoup voyagé et continue de le faire. Mais combien de voyages rêvés au regard de ceux effectivement P1070253W.gifaccomplis ? Si elle nous donne à voir sa vision de Paris, est-elle allée dans le Ventoux, les Corbières, en Espagne, à Venise, à New York ? Sans doute. Mais en Chine, en Russie, en Inde, au Brésil, en Laponie ? Rien n’est moins sûr. Et ne parlons bien sûr pas de la lune. Pourtant, là où l’artiste nous entraîne, nous y sommes. Comme si, par leurs titres et par la nature des papiers collés, ses collages prenaient naturellement valeur de véritable mémoire toponymique. Si coller renvoie plus ou moins la pratique artistique à la démarche du « bricoleur », l’art du collage a ceci de commun avec le voyage que le moindre incident ouvre parfois à des univers inconnus. Si l’on assemble deux pièces jusque-là autonomes, c’est pour voir comment elles peuvent « pousser ensemble » et faire sens. Au-delà de toute réalité. Coller, peut-être davantage encore que peindre, c’est s’abandonner à l’incident d’un matériel – en l’occurrence, ici, le papier – qui n’est pas « déchu ». Il n’y a pas de papiers « déchus ». Et l’on imagine sans peine Anne Merlet dans la pièce de son appartement qui lui sert d’atelier, au milieu d’un ramassis de papiers, se concentrant sur ses tableaux, décidant de chaque élément avec une grande maîtrise. Ce qui est fascinant dans tout collage accompli, c’est que le matériel utilisé avant son réemploi importe peu. Il gagne son sens artistique à travers la mise en valeur au sein de l’oeuvre.

 P1050303W.gif

 

Dans un tableau, affirmait Kurt Schwitters, tout se forme par la couleur. Anne Merlet n’a pas oublié la leçon. Comme elle n’oublie pas de ménager à l’extrême ce qu’elle nomme les « passages », les transitions. Ainsi, dans son tableau intitulé « Russie » où elle fait évoluer ses bleus avec une rare dextérité. Ou dans « La Favela » aux tons de terre impressionnants d’harmonie. Ou bien encore dans sa petite série composée de fines lamelles de papiers découpés horizontalement et collés partiellement, mariant en un continuum subtil les strates de la terre et du ciel : « Le ciel jaune », « Le ciel rose », « Métamorphose », « Géologie », « Aurore boréale », « Le vert pâturage ». C’est d’ailleurs là que l’artiste retrouve la peinture, toujours indispensable dit-elle. DSC03804-1W.gif

Anne Merlet n’est pas une constructiviste même si elle rend un hommage à la Russie de Malevitch. Pas plus qu’elle n’est cubiste même si elle s’amuse avec Fernand Léger. Joueuse plutôt au sens où le sont les enfants, elle nous communique avec gourmandise sa fantaisie, systématiquement (ou presque) estampillée par la présence d’une perruche. « L’avion de ligne », « Sous la mer » avec son symétrique « Sans garantie », « Flash Gordon », « Ranch 101 » avec une belle citation de Claude Viallat, « Marc Dacier », « Histoire de l’oncle Paul », « Sandy », nous renvoient au

Journal de Spirou et plus généralement à la bande dessinée. Comme si l’enfance n’était jamais très loin. A tout le moins l’enfant qui à jamais sommeille en chacun de nous. L’esprit de sérieux étant assez bien partagé, d’aucuns jugeront peut-être l’inspiration futile. Rien n’est moins sûr. Car si les mains trient, découpent, collent, dessinent, colorent, estompent, marouflent, elles donnent plus à notre regard : le temps. Et c’est peut-être ici, paradoxalement, que le voyage auquel nous invite Anne Merlet prend tout son sens. Si l’artiste colle en imaginant et pour donner à voir, la colle lui sert aussi à arrêter le temps en nous proposant de nous souvenir. Il en va ainsi, plus ou moins, avec tous les adeptes du collage. La nostalgie n’est jamais très loin, à l’instar de celle de T.S.Eliot dans « Four Quartets » (1936) : 

« Le temps présent et le temps passé

Sont peut-être présents dans les temps à venir

Et le passé renferme le futur tout entier »

Anne Merlet, on ne le dira jamais assez, est une artiste trop modeste. Et pourtant, mais peut-être à cause de ça, c’est une artiste authentique.

Cette exposition en est, selon nous, la preuve irréfutable.

                                                                                                                 Benoît Ruelle

                                                                                                                    Journaliste

 

Anne-Merlet-carton-web-mail.+petit

 

 

test-plaquette-exterieure-a.gif.jpg 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by GALERIE HAMADRYADE - dans CATALOGUE des Artistes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : GALERIE HAMADRYADE
  • GALERIE HAMADRYADE
  • : galerie d'ART CONTEMPORAIN Tableaux, sculptures, oeuvres papier, bijoux. PARIS MONTMARTRE
  • Contact

DECOUVERTE DU SITE

Afin de consulter la mise en page d'origine utilisez, de préférence, "Windows Internet Explorer" pour naviguer sur le site.

Recherche