Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /


La gravure englobe des techniques fort différentes qui, pour certaines, sont très anciennes.

En effet, le travail, sur bois ou sur cuivre, apparaît, en Europe, dès le XVème siècle, voire à la fin du XIVème pour les origines avérées de la gravure sur bois.

 

GRAVURE ou ESTAMPE ?

 

La gravure est, en quelque sorte la mise en mouvement, sur un support, du projet artistique, alors que l’estampe désigne le résultat final ou encore le tirage obtenu, indépendamment de la technique employée.

 

Le graveur choisit des supports différents en fonction de son objectif artistique et du résultat escompté.

Il imprime, ensuite, son travail ; c’est alors que l’image obtenue peut être qualifiée d’estampe, encore que de nombreux artistes hésitent à employer ce terme, jugé trop vague, voire réducteur et dévalorisant aux yeux d’un public non averti ; ils préfèrent, de beaucoup, une dénomination plus appropriée à la technique employée.

Il convient d’en saisir les différences.

 

LES TECHNIQUES DE GRAVURE

 

Il en existe trois :

-         la gravure en relief : elle consiste à laisser intact le dessin sur le support et à creuser autour. C’est le trait devenu saillant qui sera recouvert d’encre. On parle aussi de taille d’épargne.

-         la gravure en creux ou taille douce : c’est maintenant le trait qui est creusé à l’aide d’un burin. Le support est, en général, une plaque de métal doux (cuivre le plus souvent).

Cette technique porte des noms qui peuvent varier : pointe sèche, burin, eau-forte, aquatinte, manière noire. Elle se décompose en trois catégories :

. gravure par outil : gravure sur bois, burin, pointe sèche, linogravure…

. gravure par mordant (acide) : aquatinte…

. gravure par encrage : monotype, pochoir. Le monotype offre des tirages uniques à partir d’un support directement peint à l’encre, à l’huile ou à la gouache. Il est, ensuite, placé sur une presse afin d’enduire une feuille de papier et d’obtenir le résultat définitif

-         la gravure en à-plat : cette technique concerne la lithographie et la sérigraphie.

La lithographie permet un assez grand nombre de tirages, à partir d’un tracé initial à l’encre ou au crayon lithographique sur une pierre tendre (calcaire, par exemple). On peut aussi adapter le motif par grattage.

La pierre est ensuite humidifiée et l’encre déposée à l’aide d’un rouleau. L’encre est ainsi repoussée au contact de l’eau, alors qu’elle adhère aux endroits du tracé.

La sérigraphie utilise des écrans de soie entre l’encre et le support ; ce sont ces écrans qui sont enduits et qui s’appliquent sur le support.

 

On pourrait ajouter d’autres catégories à caractère plus industriel, comme la gravure mécanique, photomécanique et photochimique. Leurs pratiques nécessitent un matériel spécifique, souvent onéreux. Ces techniques dépassent largement le cadre de l’artisanat de l’atelier.

 

La galerie HAMADRYADE présente les oeuvres d'ALAIN DELPECH, celles de MATHONNAT et de Martine de BAECQUE (pages en consultation sur le site).

 

LE MONOTYPE

Le monotype, en  gravure, est un procédé d'impression qui ne permet pas de faire plusieurs épreuves. Il s'agit de peindre à l'encretypographique (aussi appelée aqualaque) ou à la peinture à l'huile, ou à la gouache, sur un support non poreux, en métal, plexiglas,Rhodoïd..

La peinture est ensuite passée sous presse avec un papier qui reçoit l'épreuve, on peut également enduire la totalité du support et appliquer la feuille de papier par dessus. En exerçant une pression à certains endroits avec une pointe ou les doigts, on obtient différentes valeurs de noir et on peut ainsi réaliser un dessin plus précis, et donc différent de la méthode précédente. Le support n'étant pas gravé, il peut resservir pour d'autres monotypes après nettoyage. Le monotype n'est pas une gravure au sens strict, mais une estampe (œuvre obtenue après un pressage manuel ou mécanique). Le terme gravure est devenu un terme générique pour ce type d'œuvres, quelle que soit la technique utilisée.

Le monotype ne peut être numéroté, car, comme son nom l'indique, son tirage est unique.

(merci à Véronique Barbé pour ses conseils sur le monotype)

 

La galerie HAMADRYADE présente les oeuvres monotypes de Véronique BARBE (page en consultation sur le site).

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : GALERIE HAMADRYADE
  • GALERIE HAMADRYADE
  • : galerie d'ART CONTEMPORAIN Tableaux, sculptures, oeuvres papier, bijoux. PARIS MONTMARTRE
  • Contact

DECOUVERTE DU SITE

Afin de consulter la mise en page d'origine utilisez, de préférence, "Windows Internet Explorer" pour naviguer sur le site.

Recherche